Le lin est idéal pour isoler les toitures

Un écran de sous–toiture qui sert à garantir l’étanchéité à l’eau des combles

Cest une révolution en terme de protection : le lin peut désormais se substituer aux fibres synthétiques des polymères utilisées dans les écrans de sous-toiture (bitume, polyester, etc.), qui représentent 96 % du marché.  

75 % de fibres de lin dans les écrans de sous–toiture

En mars 2009, la société Soprema a lancé Flaxline, un écran de sous-toiture imperméable à la vapeur d’eau, non tissé, à base de fibres naturelles de lin. «Depuis 2005,  nous travaillons à remplacer les produits à base de pétrole par des produits à base de fibres naturelles, explique Rémi Perrin, directeur de la recherche et du développement au sein de cette société. Objectif : atteindre un taux de remplacement de 50 % dans un horizon de cinq ans. »

 

Plus de résistance et de respiration

L’argument bio et l’impact positif sur l’environnement qui en découle sont déjà de beaux facteurs de décision en faveur des sous-toitures en fibres de lin.

Mais le lin, c'est encore mieux ! Le tissu en lin offre davantage de résistance que les écrans synthétiques et permet à la toiture de respirer. Sa propriété de transmission de la vapeur d’eau (Sd) s’élève à 0,008 m, selon la norme NF EN 1931.

Plus léger et plus sécurisant lors de la pose, il offre un confort non négligeable aux professionnels de la couverture et du bardage, car il claque moins au vent. Cet écran de sous-toiture s’applique également sur les murs de façade en pare-pluie. Il peut être utilisé en neuf comme en rénovation.

 

Un prix plus élevé… mais qui le vaut bien !

Commercialisé depuis 2009, Flaxline s’affiche comme un produit haut de gamme, « encore destiné à un marché de niche, qui représente environ 4 % du marché, puisque nous équipons en premier lieu des maisons à ossature bois », spécifie Rémi Perrin. Et ce sont davantage les qualités mécaniques de la fibre de lin qui importent au consommateur que la nature même du produit. Une chance, car le prix des écrans de sous-toiture en fibres de lin s’avère 3,5 fois supérieur à celui d’un matériau classique. Toutefois, pour certains, cet argument est invalidé du fait que les fibres de lin ne subissent pas les variations de prix liés aux caprices du marché mondial des matières premières.

 

Des produits dont la qualité dépend des liniculteurs

A savoir : Pour obtenir des caractéristiques constantes nécessaires aux propriétés des sous-toitures en lin, il faut choisir avec soin les fournisseurs de lin. Pour cela, la société Soprema a mis en place un partenariat avec un teilleur spécialisé, pour s’approvisionner en lin français.

Cela lui a permis d’équiper plus de 600 maisons, pour un équivalent de 100 000 m² d’écrans de sous-toiture vendus… qui, chacun, devrait durer une trentaine d’années !

 

Source :
Le syndicat agricole, 22 mai 2009, P.10.

Fibres de lin isolantes
Fibres de lin isolantes