Le lin donne son énergie aux lycéens

Les anas de lin sont les débris ligno-cellulosiques. C’est un sous-produit (bois) que l’on récupère après extraction de la fibre lors du teillage du lin. Ils ont une densité faible et un pouvoir calorifique élevé. Coûteux à transporter, leur usage énergétique est donc développé dans les zones de production et de teillage du lin.

Le lycée agricole du Neubourg donne l’exemple

Le lycée agricole Gilbert Martin au Neubourg dans l’Eure accueille 200 élèves dans les domaines de l’agriculture et du machinisme agricole. Le lien étroit de cet établissement avec la profession agricole a incité le lycée et la région Haute-Normandie à installer en 1986 une première chaufferie biomasse utilisant les anas de lin disponibles localement.

Après 17 ans d’utilisation, les anas de lin avaient fait leurs preuves !

En 2003, l’installation de chauffage a été renouvelée et modernisée, mais repose toujours sur la combustion des anas de lin.

Un lycée Haute Qualité Environnementale à Dieppe

L’émulation dieppoise est un lycée professionnel dans les métiers de l’automobile. Ses locaux ont été entièrement reconstruits en 2003, selon une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale). Ce fut la volonté des élus régionaux, avec pour priorité « la gestion rationnelle de l’énergie et le confort des utilisateurs ».

L’éclairage naturel a été favorisé par de grandes ouvertures vitrées. Pour le chauffage des 13 000 m2 de bâtiments accueillant le lycée et le centre de Formation par l’Apprentissage, le choix s’est orienté vers les anas de lin.

Le lycée est désormais reconnu « Etablissement développement durable ».

Un collège et un lycée qui ont une énergie commune

A Grandvilliers (Oise), un même réseau de chaleur à partir d’anas de lin dessert des logements et des équipements collectifs : piscine, salle de sport, hôpital, maison de retraite… ainsi que le collège Ferdinand Buisson et le lycée professionnel Jules Verne.

Au total, dans ces différents établissements scolaires, plus de 1500 élèves, dont de nombreux pensionnaires, sont concernés. La combustion d’anas de lin est pour eux un outil pédagogique concret sur l’utilisation d’une ressource renouvelable.

L’économie globale est de l’ordre de 500 tonnes de pétrole par an, ce qui évite le rejet de 1 700 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Un bon point pour ces lycées et pour le climat !

le collège Ferdinand Buisson accueille 460 élèves. Il est relié au réseau de chaleur de la commune de Grandvilliers
le collège Ferdinand Buisson accueille 460 élèves. Il est relié au réseau de chaleur de la commune de GrandvilliersChristian Saber
les élèves du CAP de Dieppe et leur professeur d'atelier sont fiers de leur prix
les élèves du CAP de Dieppe et leur professeur d'atelier sont fiers de leur prixLycée Emulation dieppoise
Les lycéens du Neubourg s'investissent dans le développement durable et l'agroforesterie
Les lycéens du Neubourg s'investissent dans le développement durable et l'agroforesterieLe courrier de l'Eure