L'histoire du tissage de lin avec Lemaitre-Demeestere

Des générations de tisseurs

L’entreprise LEMAITRE - DEMEESTERE porte le nom de son fondateur et de son épouse. En effet, Edouard LEMAITRE crée son entreprise de tissage au moment de son mariage avec Sylvie DEMEESTERE en 1835 dans la commune d’HALLUIN (Nord).

Edouard LEMAITRE sera maire d’HALLUIN de 1865 à 1873, date de son décès. C’est son fils Paul LEMAITRE qui va lui succéder à la tête de l’entreprise… et de la mairie jusqu’en 1900, quelques mois avant son décès.

Paul LEMAITRE a eu trois fils après son mariage avec Marie-Louise BONDUELLE. En 1900, ses fils, Paul (25 ans) et Joseph (23 ans) vont prendre la direction de l’entreprise. En 1935, les fils de Paul et Joseph LEMAITRE entrent à leur tour dans l’entreprise.

Mais en 1951, des difficultés entraînent la vente d’une usine, et l’entrée dans le capital d’André SEGARD, puis sa reprise de la totalité de l’entreprise. André SEGARD sera également assisté par ses deux fils, Éric et Xavier. Ce dernier prend la succession de son père en 1993 dans un contexte économique difficile et c’est aujourd’hui Olivier DUCATILLION qui dirige l’entreprise LEMAITRE – DEMEESTERE depuis 2008.

 

De grandes innovations techniques dans le tissage du lin

Lors de la fondation de l’entreprise en 1835, Edouard LEMAITRE n’a que 25 ans. L’entreprise compte simplement quelques métiers à tisser répartis dans de petites maisons réservées à cet usage. Le développement de l’activité de tissage se fait par la construction de nouvelles maisons dans différents quartiers de la ville d’HALLUIN, en lien avec des entrepôts de stockage et de préparation des chaînes pour les métiers à tisser.

LEMAITRE – DEMEESTERE bénéficie ensuite de grandes innovations techniques favorables au développement du tissage: la machine à vapeur pour le fonctionnement des métiers et le chemin de fer pour les échanges commerciaux. C’est l’étape de l’industrialisation. LEMAITRE – DEMEESTERE achète des bâtiments. La production de tissus est décuplée par l’augmentation du nombre de métiers et leur rapidité de fonctionnement.

Les machines à vapeur seront ensuite remplacées par l’électricité. Les métiers à tisser viennent d’Angleterre. Ils permettent une production en lin d’une grande finesse. « Cette production nécessite un personnel très qualifié : des femmes au bobinage et au cannetage, des hommes comme ourdisseurs, emballeurs ou tisserands, des piquières et des ourleuses pour finir le travail à la main » (cf Lemaitre – Demeestere.com/depuis-1835).

 

Entre les guerres, les crises économiques et les reconnaissances internationales

La qualité du tissage LEMAITRE – DEMEESTERE a été récompensée il y a plus d’un siècle lors des grandes expositions internationales, comme l’exposition universelle de Paris. Vers 1900, Paul et Joseph LEMAITRE ont déjà rejoint leur père Paul LEMAITRE (fils d’Edouard) dans l’entreprise qui connait une belle expansion avec l’achat d’un tissage de jute, une activité d’ameublement et la création de maisons de vente à Lille et à Paris.

Une nouvelle usine permet d’aligner une centaine de métiers à tisser. Pendant la guerre 14-18, les usines LEMAITRE – DEMEESTERE furent victimes de pillages et de réquisitions. La reprise aura lieu fin 1919, mais l’entreprise doit faire face à de nouveaux circuits commerciaux internationaux, puis à une crise économique et du chômage (1926) et à des grèves (1929).

Cela n’empêche pas la famille LEMAITRE de fêter le centenaire de l’entreprise en 1935, année de l’installation des premiers métiers à tisser automatiques. Dans l’usine, un tisserand est alors responsable simultanément de 16 métiers (cf alarecherchedupasse-halluin.net/ARPH).

LEMAITRE – DEMEESTERE exporte alors des fabrications de linge de table vers les Etats-Unis et l’Argentine.

Avant et pendant la seconde guerre mondiale, les fabrications textiles répondent en particulier aux besoins de l’intendance militaire, avec des difficultés d’approvisionnement en matières premières. Pendant les années après-guerre (1946-1950), l’activité et les exportations reprennent nettement.

 

L’un des plus vieux tisseurs de lin de France

En 1951, André SEGARD, nouveau dirigeant, impulse de nouvelles activités : linge de table imprimé, tissu d’ameublement fantaisie, tissu mural en métis de lin, en petite largeur et en grande largeur pour la pose sans couture. Avec des produits floqués, LEMAITRE – DEMEESTERE connaît une nouvelle réputation mondiale et exporte vers les USA, le Japon, Hong-Kong et l’Europe.

En 2008, Olivier DUCATILLION rachète la société. Il a une expérience de 20 années dans la dentelle à CALAIS. « Aujourd’hui, on compte très peu de tisseurs sachant travailler finement les fibres de lin » déclare-t-il.  Et c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il veut valoriser toute l’expertise de l’entreprise LEMAITRE – DEMEESTERE qui fait partie des plus vieux tisseurs de lin en France.

 

Des produits lin de qualité et accessibles à tous

LEMAITRE – DEMEESTERE a créé « Lin de France », une boutique en ligne pour des tissus lin au mètre ou en produits finis. Des tissus pur lin, nobles et raffinés, sont disponibles pour créer des rideaux, des tabliers, des draps et des nappes en lin. Un lin plus épais va permettre également la réfection de canapés, de sièges ou de créer des coussins, des housses et des plaids en lin.

Des échantillons de lin peuvent être commandés gratuitement en ligne. Avant d’acheter, il est possible d’affiner le choix de ses tissus en lin pour la couleur, la qualité et la texture au toucher.

 

Ainsi, chacun peut aujourd’hui bénéficier de tissus de lin de grande qualité et parfaitement adaptés à la décoration intérieure.

Paul LEMAITRE et ses fils en 1835
Paul LEMAITRE et ses fils en 1835Association A la recherche du passé d'Halluin
Métier à tisser DEMEESTERE
Métier à tisser DEMEESTERELa Voix du Nord
Tissage DEMEESTERE
Tissage DEMEESTEREDEMEESTERE-HUB